La création à Bordeaux Voyages et artisanat

Les huîtres du bassin d’Arcachon

Les huîtres du bassin d’Arcachon

 L’huître du Bassin d’Arcachon doit tout à Napoléon III

Depuis l’époque gallo-romaine les huîtres sauvages du Bassin d’Arcachon ont toujours été ramassées et consommées. L’huître que l’on trouvait était une huître plate, ou « gravette ».

Napoléon 3 et Eugénie
Napoléon 3 et Eugénie

 

 

 

 

Au cours des années 1860 les bancs naturels d’huîtres du bassin s’épuisent, suite à une commercialisation intensive. Napoléon III qui raffolait des huîtres du bassin d’Arcachon fait alors créer les premiers parcs ostréicoles impériaux de France et encourage la création de parcs expérimentaux à Lahillon, au nord-est de l’île aux oiseaux

 

 

 

 

 

 

C’est le début de l’histoire moderne de l’huître d’Arcachon/Cap Ferret !

Le développement de l’ostréiculture : de l’huître plate à l’huître creuse

En 1868, le « Morlaisien », navire chargé d’huîtres creuses portugaises , est pris dans une violente tempête qui l’oblige à s’abriter dans l’estuaire de la Gironde. En raison du retard , les huîtres  trop avariées pour être livrées, sont jetées par dessus bord. En seulement quelques années, les portugaises se fixent et se reproduisent sur tout le littoral gascon,et le tour du bassin d’Arcachon. En 1924 suite à une epizootie la production de La Gravette est abandonnée et la Portugaise devient la reine du bassin.

Dans les années 1970 les huîtres portugaises vont également être victimes d’épizooties et disparaître.  Les huîtres creuses japonaises sont alors introduites, elles sont la seule espèce élevée actuellement dans le bassin D’Arcachon.
Aujourd’hui, il reste quelques gravettes à l’état naturel mais elles sont rares.

Les cabanes « tchanquées » de l’île aux oiseaux

L’expression « tchanquée » vient du patois gascon : « fixé sur des piquets, monté sur des échasses ».  Autrefois, le terme  « tchancas » désignait les échasses utilisées par les bergers des landes de Gascogne.

La première cabane tchanquée du bassin d'Arcachon
La première cabane tchanquée du bassin d’Arcachon

La première cabane tchanquée est une cabane de garde-parc construite  à l’Est de l’île aux oiseaux en 1883 par un certain Martin Pibert. Cette cabane avait pour principal but de servir aux ostréiculteurs et donc, elle a été construite prêt des parcs ostréicoles impériaux de l’époque. Sa construction sur pilotis permettait aux gardiens de surveiller leurs parcs, même à marée haute, et ceci afin de limiter les vols. Mais cette première cabane n’était pas très solide, le sel ronge peu à peu les pilotis de bois, et une forte tempête en 1943 l’achève. Aujourd’hui, quelques un de ses piliers en bois sont toujours visibles à marée basse au ras du sable.

Les 2 cabanes tchanquées actuelles
Les 2 cabanes tchanquées actuelles

Deux ans plus tard, en 1945, un arcachonnais Monsieur Landry, construit une cabane à une quarantaine de mètres des ruines de la précédente. Elle est utilisée uniquement pour un usage de plaisance. Cette cabane tchanquée de couleur rouge, porte actuellement le numéro 51, numéro qui correspond au numéro de concession attribuée au constructeur. Aujourd’hui, c’est toujours l’un des petits enfants de Monsieur Landry qui à le plaisir de détenir la concession.

C’est Julien Longau, un entrepreneur en bâtiment qui a obtenu la concession numéro 53. Les travaux ont débuté dans les années 50 et se sont terminés en 1954. Comme sa jumelle la cabane 51 son usage est réservé à la plaisance. A la mort de son père sa fille Paulette Longau obtient le droit d’occupation, et à la mort de celle-ci, la cabane est acquise par l’Etat et le Conservatoire du littoral.

Aujourd’hui, ces cabanes « tchanquées » sont l’emblème de l’Ile aux Oiseaux. A l’épicentre du Bassin d’Arcachon, difficile d’accès, l’Ile aux Oiseaux est cernée de parcs à huîtres délimités par de grands piquets qui émergent de l’eau.

Tenant son nom,  des nombreux oiseaux qui s’y donnent rendez-vous en toute saison, l’île a gardé son aspect intact et sa nature a été préservée. Ne vous privez pas d’une petite balade, un vrai charme de bout du monde.

Le bassin d’Arcachon est aujourd’hui une des principales régions ostréicoles de France. Son huître creuse se distingue des autres variétés d’huîtres car elle est charnue, a un goût assez prononcé, et est de couleur vert clair.

Alors bonne dégustation, et bon vin blanc à la santé de Napoléon III…

A très vite

Catherine

:) ET VOUS ? QU'EN PENSEZ VOUS ? Votre avis nous intéresse :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.