Arts du tissu Voyages et artisanat

La broderie en Inde : La maison Lesage

La broderie française renaît à Chennai (Madras)

Fils de François Lesage, et petit-fils d’Albert Lesage, célèbres brodeurs français, Jean-François Lesage a renoué depuis 1993  avec la tradition familiale …. en Inde«Ma rencontre avec des brodeurs indiens à Bénarès, au début des années 90, raconte-t-il, a réveillé en moi le virus familial, tout en annihilant l’envie d’une autre destinée.» Un deuxième voyage installe définitivement le français à Madras.

Jean-François Lesage

Jean François Lesage héritier de la maison Lesage
Jean François Lesage

La création du centre de broderie à Chennai : Vastrakala

Les brodeurs en Inde sont surtout des hommes
Les brodeurs en Inde sont surtout des hommes

Pour créer Vastrakala ( qui signifie en sanscrit l’art du tissu ) Jean François Lesage a dû relever les défis de l’administration indienne, supporter la chaleur de l’été et recruter des brodeurs.  L’entreprise compte aujourd’hui 155 brodeurs et réalise chaque année entre 250 000 et 300 000 heures de broderie, contre 30 000 chez Lesage-Chanel à Paris.

Il est vrai que le prix de l’heure n’est pas le même : entre 7 et 12 euros en Inde, contre 20 à 100 euros en France ! «Vous comprenez maintenant pourquoi le marché du luxe a besoin de l’Asie, explique Jean-François.

Et cela marche. Les commandes affluent : celles de richissimes Américains, Français ou Marocains, conseillés par les décorateurs en vue, Graf, Pinto, Garcia, Grange, Molyneux à New York.

 

La broderie en Inde, une tradition
La broderie en Inde, une tradition

La conscience sociale de Jean François Lesage

Les 155 brodeurs qui pratiquent leur artisanat à Vastrakala bénéficient d’un régime social exceptionnel pour le sous-continent. Leur talent est payé 500 euros mensuels (le salaire moyen de 93 % des Indiens est de 60 euros). Ils bénéficient d’une assurance-maladie, d’un fonds de retraite privé, d’un soutien pour lutter contre l’endettement, et leurs enfants étudient grâce à un fonds destiné à financer leur scolarité.

Un panneau de cuivre brillant comme l’or indique les horaires de travail :
8 h-17 h 30.
Tea break : 10 h 30-10 h 45 et 15 h 30-15 h 45.
Dimanche, repos. 
No children labour (pas de travail d’enfants).

Les brodeurs en Inde, surtout des hommes.
Les brodeurs en Inde

Jean François Lesage est aussi un mécène

Il a participé au financement de la rénovation du premier pensionnat de jeunes filles francophones en Inde fondé à Pondichery en 1826 par le vicomte de Richemont. Aujourd’hui, cet établissement public de l’Etat accueille des élèves de la maternelle à la troisième.

Les rues de Pondichéry Inde
les rues de Pondichéry

 

Et d’où lui vient ce goût pour l’Inde ? « L’Inde et la broderie ont en commun de favoriser la méditation. C’est peut-être ce qui m’a incité à réintégrer ailleurs la dynastie Lesage et à ouvrir un nouveau chapitre de son histoire

A très vite

Catherine

Réagir ? Laisser un petit mot :)

%d blogueurs aiment cette page :